Archive for 'le manufacturier'

Le code-barres fête ses 40 ans

Le code-barres fête ses 40 ans et a de l’avenir sur les téléphones

Agence France-Presse (Paris)�
03 avril 2013 | 11 h 02

Inventé il y a 40 ans, le code-barres a révolutionné la consommation, facilitant la vie des clients et des distributeurs en permettant une meilleure information, avant de s’étendre à d’autres usages, même si son avenir passe désormais par les téléphones intelligents.

À l’origine, tout était simple dans la consommation: un épicier, quelques produits de première nécessité qu’on tendait au vendeur qui tapait le prix, émettait une facture et notait manuellement le nombre d’articles vendus pour se réapprovisionner.

Puis vint l’ère du libre-service et l’émergence de la société de consommation de masse.

Lesture de code-barres

Lecture de code-barres

Le brevet pour ces barrettes de lignes noires et blanches, plus ou moins épaisses, librement inspirées du Morse, auxquelles étaient assorties une série de chiffres, a été déposé en 1949 par deux chercheurs américains, Norman Joseph Woodland et Bernard Silver.

Mais faute de technologies suffisamment évoluées- la lecture optique n’était qu’à ses balbutiements et les ordinateurs, nécessaires au traitement des données, avaient la taille de la moitié d’un supermarché -, le projet mettra près de 30 ans à être déployé.

Ce n’est donc que le 3 avril 1973 que leaders de l’industrie et de la distribution parviennent à sélectionner un standard unique d’identification des produits: l’Universal Product Code qui ouvrira la voie à la généralisation des code-barres.

Le premier article lu en caisse grâce au code-barres est un paquet de chewing-gum dans un supermarché de l’Ohio en 1974.

Très vite, l’Europe s’intéresse au système et l’adapte en créant en 1977 le code-barres EAN, transposition du modèle américain.

QR Code, radio-fréquence, code électronique…

En France, le premier produit équipé de code-barres arrive en 1980 (galettes de Fouesnant), avant que Casino ne le teste dans ses hypermarchés en 1982.

Depuis, le code-barres s’est étendu à d’autres domaines comme les pièces automobiles, les colis postaux ou la santé (médicaments mais aussi bracelet d’information sur les malades).

«Il peut s’appliquer à toute activité humaine qui a besoin de tracer des objets ou des personnes de manière fiable et rapide», explique M. Georget.

Aujourd’hui, plus de 8 milliards de produits sont ainsi scannés chaque jour dans le monde.

Déchiffré par lecture optique, le code-barres permet de «concentrer un maximum d’informations sur un minimum de place», explique M. Georget.

En plus du lignage, il se compose invariablement de 13 chiffres, les premiers pour identifier le pays, les suivants le fabricant et les derniers le produit.

Le code-barres permet notamment de supprimer les marquages-prix sur les articles, d’accélérer les passages en caisse en limitant les erreurs, et de fiabiliser les processus de gestion des stocks ou de retraits de produits.

À l’heure où le consommateur veut être rassuré sur l’origine des produits, c’est aussi «l’instrument par excellence pour assurer la traçabilité», souligne Pierre Georget.

code-barres3D

L’avenir du code-barres

Concurrencé par les étiquettes NFC, qui contiennent davantage d’informations avec une lecture plus rapide grâce à la radio-fréquence, le code-barres a riposté en créant l’EPC (code produit électronique).

«C’est l’outil qui va permettre l’émergence de l’internet des objets: en clair, chaque produit pourra être identifié individuellement et à distance», alors que le NFC nécessite d’être à moins de 10 cm de son objet, explique M. Georget.

Déjà présent aux États-Unis, l’EPC apparaît doucement en France dans des magasins de vêtements ou la bijouterie de grandes surfaces.

C’était la petite histoire du code-barres.  Pour savoir comment la gestion par code-barres dans INTEGRA e-business peut vous aider à mieux contrôler votre inventaire, respecter les normes de traçabilité, diminuer les erreurs et améliorer votre rentabilité, n’hésitez pas à nous contacter.

 

JBM Logic.

 

Share

Est-ce que la facturation vous fait perdre des clients

vos clients ne sont pas tous égaux

vos clients ne sont pas tous égaux

Une cliente m’expliquait comment la gestion de sa liste de comptes à recevoir avait fait une différence sur sa rentabilité.  Comme dans toute entreprise, les représentants faisaient des conditions spéciales pour certains clients.  Ces informations étaient ensuite transmises à la facturation par courriel.   L’erreur est humaine, la facturation oubliait souvent les conditions particulières des clients à cause de l’absence de processus automatisé.  Les clients mécontents rappelaient pour faire modifier la facture, ou pire, ne commandaient plus par manque de confiance.

Lorsque la situation fut mise  jour par l’équipe des ventes, c’était la consternation.  La situation devait être réglée rapidement.  Une charte de conditions spéciales a été crée pour limité l’imagination des représentants.  Par la suite, ces conditions ont été ajoutées aux listes de prix clients, gérées par le système.   Depuis ce jour, lorsque les factures sont générées, les prix sont automatiquement extraits de la liste de chacun des clients.  Il n’y a plus d’erreur.

De l’argent dissimulé chez vos fournisseurs

La gestion des comptes clients et fournisseurs peut vous rapporter beaucoup et vos comptes devraient être analysés.  L’âge de vos comptes et le respect des délais de livraison vous indiqueront si vos fournisseurs vous donnent le service auquel vous vous attendez.  Vous serez peut être en mesure de regrouper des achats et demander un rabais de volume.  Pour pouvoir effectuer cette analyse relativement simple, vous devez avoir un module de comptes fournisseurs et d’approvisionnement efficace.

Vos clients ne sont pas tous égaux

Un module de comptes à recevoir est plus qu’une simple liste de clients et le montant de leurs factures.  L’âge des comptes, le montant total d’achat et la fréquence d’achat par client vous indiqueront la valeur du client. L’information présentée doit permettre au gestionnaire de mesurer le risque financier lié au crédit accordé aux clients. Vous serez en mesure de prioriser vos clients avec plus que des sentiments.  De plus, si vous liez le module des comptes clients au CRM, (client ressources management) votre équipe de vente sera également en mesure de prioriser des actions et activités de vente.

Vous pouvez atteindre une meilleure profitabilité

Un système de gestion intégré (ERP) efficace, développé pour répondre aux besoins exigeant d’une entreprise en croissance peut vous apporter un avantage concurrentiel remarquable.  Une étude réalisée par Aberdeen Group (To ERP or not to ERP; In manufacturing it ins’t even a question ) démontre clairement que les entreprises performantes qui ont implanté de tel système on vu leurs coûts d’opérations diminuer en moyenne de 20% et le seuil de leur inventaires réduit de 22%.

Pour savoir comment INTEGRA e-businessTM peut vous aider à atteindre une meilleure profitabilité et vous assister dans votre croissance, n’hésitez pas à nous contacter.

 

JBM logic

Share