Archive for 'Prix de revient'

Le prix de revient un indicateur de performance fiable

Le prix de revient est un indicateur de performance puissant qui permet de rapprocher chaque produit à ses coûts. Il permet d’identifier les forces et les faiblesses d’un procédé de fabrication. Il permet d’identifier les goulots d’étranglement. Il démontre les investissements requis et analyse le retour sur investissement des investissements passés.  Le prix de revient permet également de fixer le prix de vente. Toute entreprise et en particulier le manufacturier devrait connaitre son prix de revient.

Au cours des dernières années, différents types de solutions ont été implantés afin de supporter le calcul du prix de revient.  Mais combien d’entreprises utilisent des données erronées ou partielles qui ne donnent qu’une portion de l’information?  Plusieurs décisions de gestion sont prises à partir de données incomplètes qui menacent la survie de l’entreprise. Le prix de revient devrait pouvoir être calculé en temps réel afin de fournir les outils requis au gestionnaire pour prendre des décisions éclairées qui améliorent continuellement la rentabilité et la productivité de l’organisation.

Le prix de revient comme outil de prise de décision

Le prix de revient comme outil de prise de décision

Le prix de revient inclut le coût des matières premières, la main d’œuvre directe et les frais généraux. C’est un modèle qui peut être calculé sur un chiffrier lorsque la production se limite à un produit en petite quantité. Mais cette méthode représente plusieurs faiblesses dont les erreurs de transcriptions, la recherche de l’information et le passage du temps,

Cependant, lorsque la production inclut plusieurs produits, fabriqués à partir de diverses matières premières avec des temps et des procédés différents la tâche devient de plus en plus complexe. Comment attribuer les coûts de matières premières? Comment s’assurer que le temps des employés est assigné aux bons produits finis. Afin d’obtenir un prix de revient significatif, qui inclut toutes les données, une saisie en temps réel des matières premières et des heures des employés par produit ou par projet est indispensable.

 

Entre 2001 et 2009 le produit intérieur brut (PIB) des manufacturiers canadiens a diminué de 30.1 milliard $. Le prix de revient est le premier facteur qui affecte la profitabilité des manufacturiers. Un système de gestion intégrée qui consolide toutes les données, les transactions et les mises à jour vous fournira les informations requises pour vous supporter dans l’atteinte de vos objectifs.

Pour en apprendre davantage sur la méthode de calcul du prix de revient dans INTEGRA e-business, n’hésitez pas à nous contacter.  Nous pourrons évaluer ensemble comment améliorer votre rentabilité.

JBM Logic

Références :

Monsieur Michel Beaudry, Service d’intervention sur mesure (SIM) :
www.simexperts.com

JBM Logic- INTEGRA e-business :
http://www.jbmlogic.com/emanufacturing_fr.html

Share

Personne n’a besoin d’un ERP

Mais vous devez résoudre des problèmes d’affaires
Définissez d’abord les problèmes et les objectifs de votre entreprise

Inefficacité

 Vous pensez avoir besoin d’acheter un logiciel ERP parce que vous tenter de résoudre les symptômes et peut-être n’abordez-vous pas les questions de fond.  J’ai vu tant d’entrepreneur passer d’un système à l’autre et ne jamais être satisfaits de leur achat. Un grand nombre d’entre eux n’ont même pas défini quelles sont les questions qu’ils essayaient de résoudre en investissant dans un ERP. Selon vous, quelle est cette question importante que le logiciel va régler ? 

Je vous recommande de réfléchir à tous les problèmes, les objectifs non atteints et autres situations à laquelle vous pouvez penser.  Par la suite, pousser votre réflexion un peu plus à fond, puisque l’illumination arrive souvent après que l’évidence ai été pausée.  Identifiez 15 à 20 situations ou problèmes que votre entreprise vie comme par exemple :

 

  1. Les livraisons des fournisseurs n’arrivent pas à temps
  2. La rentabilité n’est pas constante d’un projet à l’autre
  3. Le temps requis pour produire les états financiers est trop long
  4. Je ne sais pas où les flux de trésorerie sont répartie dans mon entreprise

Cette liste va vous permettre de ressortir les causes qui se cachent derrière ces problèmes.  Par la suite, attribuez un poids de 1 à 5 à chacun des problèmes, 1 étant peu urgent et 5 étant les problèmes les plus urgents. Puis regrouper les par similarité ; des problèmes d’argent, problèmes d’information, …

Efficacité

La prochaine étape est cruciale, définir les indicateurs de performance.  En d’autres termes, quels sont les éléments qui doivent être mis en place, afin que l’entreprise atteigne ses objectifs ou résout ses problèmes? Trier cette liste pour arriver à ce qui est absolument nécessaire à l’atteinte du but recherché et ce seront les critères pour s’assurer que la solution que vous recherchez répond aux besoins de votre entreprise. 

De cet exercice une liste détaillée des fonctionnalités obligatoires et facultatives peut être faite et présentée aux fournisseurs potentiels. Vous serez alors en mesure de savoir si la solution proposée atteint votre objectif d’affaires et répond à vos questions spécifiques. Rappelez-vous toujours que le logiciel ERP est uniquement une composante d’un système d’entreprise.

Afin de trouver la solution à l’entreprise

 

Sys·tème nom (sis-tèm)

Définition:

Ensemble de composantes qui interagissent entre elles et composé
de ressources (individus), de règles (processus) et d’outils (informatique)
qui forment un tout afin de répondre à une tâche commune, tel que servir un client, gérer des inventaires ou générer un prix de revient exact.

 

Par Jean-François Brodeur
Président, JBM Logic

Share

Lorsque j’ai débuté ma carrière de conseiller en gestion, je croyais que toute solution passait par les ventes. Il s’agissait d’augmenter le chiffre d’affaires pour que tous les problèmes disparaissent. Évidemment, ma vision simplifiée des affaires a vite été confrontée à la réalité de l’industrie manufacturière

Ainsi, lors de mon premier redressement d’entreprises en 1990, fidèle à mes croyances, ma mission première était d’augmenter les ventes pour éviter la faillite de mon client. Lors de l’établissement du diagnostic, et suite à une réorganisation des postes comptables à l’état des résultats, j’ai été surpris de constater que plus l’entreprise produisait, plus elle perdait de l’argent. L’usine qui fabriquait des cadres de portes et des moulures en pin jointé avait un coût des marchandises vendues supérieur à ses ventes, démontrant ainsi une marge brute négative.

L’analyse du prix de revient a permis d’identifier les lacunes et de les corriger. Avec des ventes annuelles de 1,5 M$, l’entreprise aurait dû avoir au maximum 15 employés assignés à la production, or elle en comptait 27. La qualité de la matière première utilisée était inadéquate. Des planches de pin de grade 4 et 5 étaient utilisées au lieu de grade 2 ou mieux. Avec comme conséquence, qu’à l’occasion les dirigeants préféraient brûler le produit fini plutôt que de l’expédier aux clients. Le bois et la colle, croyez-moi, ça fait tout un feu de camp.

Les changements apportés furent bénéfiques. En réduisant les coûts de fabrication, la nouvelle marge brute obtenue était dorénavant positive. Cette nouvelle situation a permis de mettre l’emphase sur le développement des ventes, qui ont augmenté de 100% sur une base annuelle, passant de 1,5 M$ à 3 M$. Dans ce cas-ci, le développement des ventes ne pouvait avoir de succès sans une amélioration marquée de la marge bénéficiaire brute.

La marge bénéficiaire brute démontre la productivité des opérations. Plus l’entreprise est efficace, plus elle atteint rapidement le seuil de rentabilité. Pour calculer le seuil de rentabilité, il suffit de prendre les coûts fixes de l’entreprise et de diviser ce montant par la marge brute en pourcentage.

Par exemple, si votre entreprise a des frais fixes de 1 M$ et que la marge bénéficiaire brute est de 25%, le seuil de rentabilité sera de 4 M$.

 

Seuil de rentabilité =      Coûts fixes / Marge brute %   =    1 000 000$  / 0,25 =  4 000 000$

 

Ce qui signifie que pour des ventes de 4 M$, la marge bénéficiaire brute sera de 1 M$, montant auquel il faut soustraire le 1M$ de coûts fixes, pour un bénéfice net de 0$. C’est le seuil de rentabilité. Ainsi, pour chaque dollar de ventes supérieur à 4 M$, le bénéfice net sera de 0.25$. Donc, des ventes de 5 M$ donneront un bénéfice net de 250 000$. ((5 M$ – 4 M$) x 0.25$)

 

Qu’en est-il si la marge bénéficiaire brute est inférieure ou supérieure à 25%? Pour le même exemple, avec des coûts fixes de 1 M$, si la marge brute est de 10%, cela signifie que le seuil de rentabilité sera de 10 M$.

 

 Seuil de rentabilité =      Coûts fixes / Marge brute %   =    1 000 000$ / 0,10 =  10 000 000$

 

Ainsi avant de commencer à faire un profit de 0.10$ par dollar vendu, l’entreprise devra effectuer des ventes minimales de 10 M$.

À l’opposé, si la marge bénéficiaire brute est de 40%, le seuil de rentabilité sera atteint beaucoup plus rapidement avec des ventes de 2.5 M$ (1 M$/0.40), dégageant par la suite un profit de 0.40$ pour chaque dollar de ventes supérieur au seuil de rentabilité.

 

Seuil de rentabilité =      Coûts fixes / Marge brute %   =    1 000 000$ / 0,40  =  2 500 000$

 

La saine gestion des opérations et de la production est un gage de succès pour l’entreprise manufacturière. Le nombre de variables et la rapidité avec laquelle l’entreprise doit réagir exige un système de gestion intégré qui capture l’information au point de fabrication. Les coûts des composantes, la valeur du temps hommes doivent être saisie instantanément afin de pouvoir vérifier dès le début d’une tendance, les variations du prix de revient.

L’utilisation de la technologie présente dans un bon système de gestion intégré (SGI/ERP) permet de connaître et de vérifier vos coûts d’opérations  réels et de les comparer à l’étalon prévu afin de mettre en relief tout écart; que ces derniers soient causées par une fluctuation du taux de change qui a un impact sur le prix des matières premières ou sur le temps prévu selon la gamme d’usinage versus le temps actuellement passé pour la fabrication. L’information recueillie permet d’effectuer les ajustements nécessaires le plus rapidement possible.

L’objectif ultime étant toujours d’augmenter la marge bénéficiaire brute qui permet d’atteindre plus rapidement le seuil de rentabilité et de dégager des profits optimaux pour chaque dollar vendu.

 

 

Richard Landry, B.A.A., M.B.A.
www.visionmanagement.ca

Share

Nos clients Témoignent

    

 

 

 

Pyradia Belfab, Longueuil, Québec
Manufacturier de fours industriels, de dépoussiéreurs et équipements de conversion en continue

 

Notre vieux système était dépassé et coûtait une fortune de maintenance

Principaux problèmes :

  • Système Unix désuet;
  • Information difficile à obtenir; 
  • Calcul du prix de revient inexact; 
  • Coût de maintenance élevé.

Solutions recherchées :

  • Technologie de pointe;
  • Information disponible en temps reel;
  • Module manufacturier développé pour la gestion en projet.

 

« On utilisait un système Unix depuis de nombreuses années. Le système était dépassé et les frais de maintenance étaient démesurés par rapport au service reçu. Nous devions penser à le changer. Ce qui nous inquiétait le plus était la migration des informations critiques accumulées sur notre système.  En plus, les systèmes disponibles sur le marché à cette époque ne répondaient pas à nos besoins spécifiques de manufacturier par projet. L’équipe de JBM Logic travaillait déjà chez nous sur des projets de bureautiques et de réseau. Jean-François Brodeur nous a proposé d’installer ses modules de comptabilité et d’inventaire ainsi que de personnaliser le module de manufacturier selon nos demandes. C’était la meilleure proposition du marché. La liste des besoins et l’échéancier ont été clairement définis. Un système totalement intégré, qui utilise la plus récente technologie et qui permet une personnalisation interne. C’est ce que nous avions besoin et à ce jour nous sommes entièrement satisfait.

Notre fabrication se fait selon les spécifications des clients. On ne peut pas supporter d’écart dans nos inventaires. On doit gérer nos coûts de fabrication par projets et le prix de revient doit être disponible en temps réel. La nature de nos opérations fait en sorte que nos besoins évoluent rapidement. Intégra e-business nous permet de personnaliser les rapports, les écrans et même certaines fonctions du système à l’interne sans frais supplémentaire et au moment requis. De plus, le concept d’intégralité protège les personnalisations lors des mises à jour; nous n’avons jamais perdu nos personnalisations. »

Albert Beyrouti
Directeur administratif
Pyradia Belfab

www.pyradia.com

La gestion du coût de revient a été rapidement identifié comme lapierreangulaire de la production chez Pyradia. Le coût des matières premières associé aux produits pour chacun des projets était primordial. Le temps travaillé par chaque personne sur chacun des projets était également indispensable. Le module de gestion de temps a été implanté et envoi les données directement au module de Manufacturier puis au système de paie. Une fois la paie traitée, l’écriture de Grand Livre est automatiquement transférée. Les risques d’erreur sont pratiquement nuls.

Pyradia exporte plus de 50% de sa production aux États-Unis. Le système de comptabilité doit supporter le multidevise. Le suivi des comptes clients, incluant le temps écoulé depuis la dernière facturation est également une fonctionnalité appréciée par l’équipe de comptabilité. Tous les systèmes ne sont pas égaux. Certains sont mieux adaptés que d’autre à des environnements spécifiques. Mais au-delà des fonctionnalités, l’équipe qui supporte le client, ses connaissances, ses aptitudes et surtout son attitude sont des facteurs qui influencent grandement le succès d’une implantation.

« Grâce à une implication hors du commun, d’une communication efficace et une compréhension des opérations, des affaires et des besoins de Pyradia, l’équipe de JBM Logic a réussi l’implantation.  Après plus de 15 ans nous vivons un partenariat solide. »

Jean-François Brodeur
Président de JBM Logic

 

Le système de Pyradia compte 24 utilisateurs en gestion et administration et 50 employés qui poinçonnent quotidiennement les heures travaillées sur les projets en cours. Ils utilisent Integra e-business depuis 1995.

Share

Le prix de revient un indicateur fiable

Le prix de revient est un indicateur de performance puissant qui permet de rapprocher chaque produit à ses coûts. Il permet d’identifier les forces et les faiblesses d’un procédé de fabrication. Il permet d’identifier les goulots d’étranglement. Il démontre les investissements requis et analyse le retour sur investissement des investissements passés.  Le prix de revient permet également de fixer le prix de vente. Toute entreprise et en particulier le manufacturier devrait connaitre son prix de revient.

 


Au cours des dernières années, différents types de solutions ont été implantés afin de supporter le calcul du prix de revient.  Mais combien d’entreprises utilisent des données erronées ou partielles qui ne donnent qu’une portion de l’information?  Plusieurs décisions de gestion sont prises à partir de données incomplètes qui menacent la survie de l’entreprise. Le prix de revient devrait pouvoir être calculé en temps réel afin de fournir les outils requis au gestionnaire pour prendre des décisions éclairées qui améliorent continuellement la rentabilité et la productivité de l’organisation.

 

 

Le prix de revient comme outil de décision

Le prix de revient inclut le coût des matières premières, la main d’œuvre directe et les frais généraux. C’est un modèle qui peut être calculé sur un chiffrier lorsque la production se limite à un produit en petite quantité. Mais cette méthode représente plusieurs faiblesses dont les erreurs de transcriptions, la recherche de l’information et le passage du temps,

Cependant, lorsque la production inclut plusieurs produits, fabriqués à partir de diverses matières premières avec des temps et des procédés différents la tâche devient de plus en plus complexe. Comment attribuer les coûts de matières premières? Comment s’assurer que le temps des employés est assigné aux bons produits finis. Afin d’obtenir un prix de revient significatif, qui inclut toutes les données, une saisie en temps réel des matières premières et des heures des employés par produit ou par projet est indispensable.

 

Le prix de revient est le premier facteur qui affecte la profitabilité

Entre 2001 et 2009 le produit intérieur brut (PIB) des manufacturiers canadiens a diminué de 30.1 milliard $. Le prix de revient est le premier facteur qui affecte la profitabilité des manufacturiers. Un système de gestion intégrée qui consolide toutes les données, les transactions et les mises à jour vous fournira les informations requises pour vous supporter dans l’atteinte de vos objectifs.

 

Merci de votre lecture,

JBM Logic

 

Références :

Monsieur Michel Beaudry, Service d’intervention sur mesure (SIM) :
www.simexperts.com

JBM Logic- INTEGRA e-business :
http://www.jbmlogic.com/emanufacturing_fr.html

Share